CONTRIBUTION DE CLAIRE HENRION POUR LE FORUM DU CLIMAT

NOUS SOMMES TOUS DANS LE MEME BATEAU!!!


Il n'y a pas de crise climatique, il n'y a que des manipulations de l'atmosphère conduites par des consortiums scientifiques, commerciaux et militaires aux genoux desquels sont les peuples dupes et leurs gouvernements.

Russes et Chinois le clament, Européens et Américains le cachent mais tous pratiquent la géo-ingéniérie dont les projets et réalisations sont accessibles sur le net.

L'agent premier de l'effet de serre est la vapeur d'eau!

L'eau (sous forme de vapeurs ou de nuages) est à l'origine de 72 %, soit près de 3/4 de l'effet de serre total.

Dans l’effet de serre total, on comprend l’effet de serre naturel et l’effet de serre anthropique, c'est-à-dire généré par les activités humaines.

Le CO2 a une part, tant dans l’effet de serre naturel que dans l’effet de serre anthropique mais ne lui fait-on pas porter beaucoup plus de responsabilité qu’il n’en n’a réellement dans le réchauffement qui échauffe les médias depuis 20 ans ?

Il s’avère que son augmentation marque, avec un délai de 800 ans, une augmentation des températures. Ainsi, son augmentation constatée depuis la fin du 19ème siècle n'est pas seulement due à l'ère industrielle puisque 800 ans auparavant (autour de l'an 1000), la Terre a connu une période de réchauffement (le Groënland était vert, d'où son nom).

Certes, il ne nous est pas bon à respirer, mais la nature le recycle dans ces puits que sont les végétaux (marins et terrestres - soignons nos arbres). C’est le produit de notre vie ; pour des êtres comme nous, pas de vie sans carbone et son pendant l’oxygène. Il faut des deux !

Les agents de l’effet de serre additionnel (je n’ai pas encore réussi à trouver le rapport entre l’effet de serre naturel et l’anthropique, je continue à le chercher) :

Le gaz carbonique d'origine humaine est responsable d'un peu plus de 55% de l'effet de serre additionnel dû à l'homme.

Le méthane engendre un peu plus de 15% de l'effet de serre anthropique

Les halocarbures engendrent un peu plus de 10% de l'effet de serre anthropique (CFC, désormais remplacés par d'autres gaz voisins, mais qui ne détruisent pas l'ozone stratosphérique)

Le protoxyde d'azote (N2O) engendre environ 5% de l'effet de serre anthropique

L'ozone (O3) troposphérique engendre enfin environ 10% de l'effet de serre anthropique.

Pour pouvoir faire la part des choses relativement à cet effet de serre généré par nos

émissions de CO2, méthane et autres, il faut connaître les facteurs naturels de l’évolution des climats.

le soleil - émetteur et la terre - modulateur

(exposé sur les facteurs astronomiques et géo-physiques de l’évolution des climats - voir http://la.climatologie.free.fr/sommaire.htm ).

Depuis le début de l'ère industrielle, c'est à dire depuis l'année 1750 environ, ce que nous avons mis dans l'atmosphère a pour effet d'introduire un "forçage radiatif" de l'ordre de 1% du rayonnement reçu par le soleil. (Jean-Marc JANCOVICI http://www.manicore.com/documentation/serre/gaz.html et http://www.ensmp.fr/ingenieurcivil/SitesIC/Balado/Climat_som.html)

Il s’avère que depuis 2 ans, la calotte polaire reprend plus tôt et plus largement que l’année précédente.

Les chercheurs sur les relations entre activité solaire et climat vérifient, une fois de plus ce qui se vérifie depuis Galilée : quand le soleil est actif (beaucoup de taches) il fait plus chaud sur Terre que quand son activité est faible ou quasi inexistante comme c’est le cas depuis 2 ans.

Les facteurs qui interviennent naturellement dans l’évolution des climats, à longue, moyenne et petite échelle sont nombreux …

Mais il est des manipulations de l'atmosphère qui ont nécessairement des influences et dont personne ne parle dans ce grand concert à la dénonciation du CO2 :

Les installations HAARP qui suscitent l'interrogation de parlementaires

depuis 1998 émettent des ondes ultra hautes fréquences vers l'espace; ces ondes sont renvoyées par la ionosphère (la dernière couche de l'atmosphère); c'est le principe du four à micro-ondes > ça cuit! HAARP s'applique depuis 50 ans à réchauffer l'atmosphère autour de la calotte polaire > de la glace se transforme en vapeur d'eau, agent n°1 de l'effet de serre, les courants atmosphériques sont altérés et des changements climatiques constatés en différents points du globe.

Les épandages aériens

Pour parfaire une maîtrise du climat, c'est le but de la géo-ingéniérie, on épand paravion, de manière systématique, depuis 1995 en Amérique du Nord et depuis les années 2000 en Europe (2002 en France) des aérosols contenant, d'après les concordances des diverses analyses et études à ce sujet : du chlorure de baryum, de l'oxyde d'aluminium, du souffre et autres composants chimiques, ainsi que des polymères divers selon de sordides desseins climatiques et/ou sanitaires.

De nouvelles couleurs et de nouveaux nuages sont apparus dans le ciel, de nombreux observateurs avant et après en témoignent. Ces couleurs trahissent des particules – aérosols.

Nous avons connu ces dernières années des chaleurs fréquemment excessives et inhabituelles ce qui nous fait croire au réchauffement dont les médias nous gavent les oreilles mais je voudrais attirer votre attention sur le chlorure de baryum :

L'effet du chlorure de baryum, agent dessiccateur, est d'absorber l'humidité. Tous les cultivateurs ont pu constater que depuis 2003 (l’été 2002 fut particulièrement pluvieux) et sans même parler de canicule, les sols se dessèchent beaucoup plus vite qu’auparavant après un épisode pluvieux.

Le chlorure de baryum épandu dans l’atmosphère « tire » l’eau du sol pour la maintenir en suspension : cela crée une serre ! D’où ces sensations qui nous font accréditer la thèse du réchauffement.

Il est temps de lever les yeux et de réveiller nos instincts vitaux, anesthésiés par des manipulations cliniques et médicales avant même la naissance, à ce moment crucial et durant toute la vie.

Cela traduit simplement des croyances profondément enracinées en la Terre considérée comme adversaire, la science de l’homme voulant la dominer dont se glorifie la civilisation, étant de l’exploiter plutôt que de la connaître et de l’écouter.

Les religions et aujourd’hui la foi dans les dogmes scientifiques détournent les êtres humains de leur reliance naturelle à la Terre. Beaucoup ne voient pas ce qui est sous leurs yeux car cela n’entre pas dans leur champ conceptuel.

Les Aborigènes non plus n’avaient pas vu le bateau de Cook qui croisait le long de leurs côtes…

Se seraient-ils mieux préservés du génocide qui a suivi s’ils l’avaient vu plus tôt ?

Ceci dit, ce coup ci, ce n’est pas un bateau (représentant ceux qui se veulent les maîtres du monde) contre un peuple et son continent ; nous sommes tous dans le même bateau : la Terre. Ceux qui produisent ces manipulations sordides et ceux qui les subissent. Mais ceux qui les produisent les subissent aussi, nonobstant leur cynisme. Nous sommes tous des créatures terrestres.

Nous réfutons donc cette supercherie qu’est la dénonciation du CO2 qui masque les véritables coupables : les agents de la géoingéniérie … et tous ceux qui les cautionnent, par défaut ou délibérément, en refusant d’admettre l’existence des manipulations climatiques, que, seule la crainte de regarder la vérité en face empêche de constater !

Et nous interpellons tout un chacun : de même que le nucléaire et les OGM, peut-on continuer à laisser opérer les programmes de géoingéniérie sans aucun contrôle ou veto citoyen ?

A ce stade généralisé, poursuivre aveuglément dans la croyance que nous devons « maîtriser » la terre et son climat par diverses interventions contre nature, est ce qui signe l’arrêt de mort de notre planète, notre source de vie.

Il est temps de mettre un terme aux maîtres !

Merci de votre attention, de vos remarques et compléments et de votre contribution.

Bien cordialement

Claire HENRION

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Postez ici votre commentaire.
Nous publions tous les commentaires sauf ceux comportant des mots injurieux et les incompréhensibles.
Avis aux lecteurs: les commentaires ne reflètent pas nécessairement l'opinion et la ligne de conduite de l'ACSEIPICA.