Des nouvelles du Cap Vert

Nous avons rencontré lors de notre voyage professionnel, l’épouse d’un pilote portugais, car, malheureusement au Cap Vert, dans la capitale, les épandages sont là aussi. Cette personne ne pouvait pas rester à l’extérieur car les yeux lui piquaient, elle respirait mal et était obligée de rentrer. Elle nous a dit que le Portugal n’était pas épargné par les épandages. Elle sentait comme un gel se promenant dans ses poumons, comme ce que Françoise a ressenti en janvier.

Son époux faisant les trajets LISBONNE –Iles du CAP-VERT, était très fatigué, et se posait des questions. Il nous a expliqué que lors d’un départ de SAL pour Lisbonne, alors qu’il avait vérifié son avion la veille, et qu’il n’y avait pas de problème, le lendemain matin,  il n’a pas pu partir, ayant découvert juste avant  le décollage qu’il y avait une fuite de carburant. Le joint de la trappe n’étant pas mis correctement, l’avion est resté à SAL pour réparation, cela l’a beaucoup intrigué. Il nous l’a confirmé de vive voix et nous a laissé sa carte. Ce qui est grave, c’est que cela vient corroborer les dires d’experts,  que l’on peut cacher aux pilotes des avions civils, l’ajout de produits chimiques dans le kérosène, sans avertir les pilotes et les touristes avec le risque d’accident si cela est fait dans de mauvaises conditions, et surtout l’émanation d’odeurs de produits chimiques dans l’avion.  Nous lui avons transmis des documents sur ACSEIPICA, la composition des épandages, ainsi que les différentes vidéos à consulter. Lors de notre séjour nous avons pris de nombreuses photos, les épandages ont même provoqués un orage et pluie que les Capverdiens ont trouvé très bizarre à cette époque de l’année, de plus pour un mois d’avril, ils trouvent qu’il fait un froid anormal.  Nous avons constaté la présence de nombreux militaires américains dans la capitale à PRAIA, lors de notre séjour nous avons vu un avion basé sur l’aéroport ainsi qu’un bateau croiseur au large. 

Nous avons essayé de rencontrer le ministre de l’Environnement, mais cela n’a pas été possible cette fois-ci. Nous avons transmis de nombreux documents des épandages entre autres à une avocate cap verdienne, un ami cap verdien faisant partie du Rotary à Praia qui va en parler à tous les adhérents, ainsi qu’à de nombreuses personnes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Postez ici votre commentaire.
Nous publions tous les commentaires sauf ceux comportant des mots injurieux et les incompréhensibles.
Avis aux lecteurs: les commentaires ne reflètent pas nécessairement l'opinion et la ligne de conduite de l'ACSEIPICA.