ATTENUER LE SOLEIL, un article sur David Keith

Titre original:
Buffering the sun sur Harvard magazine

David Keith est un des principaux porteurs de projets de géoingéniérie. Nous l'avions rencontré au meeting de la Royal Society (Londres) les  8 et 9 novembre 2010. Lire ou relire son entretien avec Saskia Messager
http://acseipica.blogspot.fr/2010/11/compte-rendu-royal-society-discussion_20.html

Grand merci à Odette pour la traduction de cet article qui nous fait découvrir ce personnage inconnu des français, ses projets et son audience.

Quelques commentaires s'imposent: l'importance donnée aux gaz à effets de serre et à la problématique du règlement de leurs émissions telle qu'exposée dans cet article ne reflète pas du tout notre point de vue. Cela est l'arbre qui cache la forêt HAARP et justifie l' option de la géoingéniérie.

Si HAARP cesse, il n'y a plus de réchauffement climatique !
HAARP ET LES CHEMTRAILS SONT LA CAUSE DES PROBLEMES CLIMATIQUES !
Voir ou revoir notre diaporama présenté au Klimaforum de Copenhague en 2009 " Les causes de la crise climatique sont-elles vraiment celles que l'on croit ?"

Lire aussi l'article bien documenté dans la revue NEXUS, numéro de juillet 2013: "HAARP, arme secrète d'une guerre invisible".

David Keith parle vite et monte les escaliers deux marches à la fois, comme poussé par un sentiment d'urgence. Le savant d'Harvard s'intéresse à la fois à la communauté scientifique et aux questions de politique qui portent sur le changement climatique et a en mains une gamme étonnante de projets liés au climat et à l'énergie. Il a co-gèré le Fonds pour l'énergie innovante et recherche sur le climat (FICER), créé par le fondateur de Microsoft Bill Gates pour soutenir la recherche sur le changement climatique, et a fondé Ingénierie de carbone, une société qui semble sur la bonne voie pour construire la première usine à échelle industrielle pour capturer le dioxyde de carbone de l'air pour un usage commercial possible. Mais Keith est surtout connu pour son travail sur la géoingénierie solaire : stratégie pour contrer la hausse des températures mondiales en réduisant la quantité de lumière solaire qui atteint la Terre et de son atmosphère. Ces travaux pourraient un jour sauver la planète.
Comme les sceptiques continuent à se demander si le réchauffement climatique est réel, et que les efforts mondiaux pour réduire les émissions de gaz sont en décrochage, un nombre restreint mais croissant de scientifiques croient que les humains peuvent avoir besoin d'envisager un «plan B» pour prendre le contrôle de l'avenir de notre climat. La géoingénierie solaire englobe de multiples propositions pour régler le thermostat de la planète, y compris dévier la lumière du soleil loin de la terre avec des boucliers spatiaux massifs ou des nuages lumineux de basse altitude au-dessus des océans. Une suggestion, inspirée par le soufre recraché par les volcans, implique la création d'une flotte de jets de pulvérisations de sulfates dans la stratosphère, où ils se combinent avec la vapeur d'eau pour former des aérosols. Dispersée par les vents, ces particules sont capables de couvrir le monde entier avec une brume minimiserait d'environ 1% du rayonnement solaire. (L'éruption du Pinatubo en 1991, qui a relâché environ 10 millions de tonnes de soufre dans l'air, réduit les températures mondiales d'environ 1 degré Farenheit pendant au moins un an).
Les scientifiques ont discuté de ces stratégies pendant des décennies, principalement à huis clos, en partie parce qu'ils craignaient que parler publiquement de la géo-ingénierie saperait les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Keith, qui est professeur McKay de physique appliquée de l'École d'ingénierie et de sciences appliquées (SEAS) et professeur de politique publique à Harvard Kennedy School, préconise fortement de rendre publiques les discussions sur la géoingénierie. Il dit: «Nous ne prendrons pas de bonnes décisions en cachant des choses radicales sous le tapis."
Et comme il s'efforce de faire connaître le débat sur la géoingénierie, Keith a également cherché à déplacer la science elle-même au-delà des modèles informatiques vers la possibilité d'essais sur le terrain à petite échelle. "Il n'est pas du tout évident que la géoingénierie est la solution que nous devrions utiliser", dit-il, "mais la prépondérance de la preuve dans les modèles de climat utilisés jusqu'à présent suggèrent que son utlisation réduirait les risques climatiques ».
Par l'intermédiaire de Keith, le sujet de la géoingénierie solaire est passé au cours des cinq dernières années d'une zone obscure, étudié par une poignée seulement de ce qu'il appelle "geonerds," à un sujet qui attire une attention croissante à la fois des scientifiques et du grand public.
Lui et son collègue FICER administrateur Ken Caldeira (de l'Institution Carnegie pour le département de science de l'écologie mondiale, à Stanford), ont utilisé les fonds pour les projets qui évaluent les risques de réchauffement de la planète et sur les avantages et les risques des technologies avancées pour résoudre le problème. Ils ont également utilisé une petite partie de l'argent pour relancer le développement de nouvelles technologies pour lutter contre le changement climatique. Pour le moment, les bonnes solutions au problème font actuellement défaut.
Pendant ce temps, les nations du monde ont émis environ 38,2 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (gaz à effet de serre principal), soit une augmentation de 3% par rapport à l'année précédente. Ce taux devrait s'accélérer à mesure que les pays en développement comme la Chine et l'Inde brûleront plus de charbon et d'élargir leurs flottes de véhicules. En mai, les scientifiques ont constaté que le niveau moyen quotidien de CO2 dans l'atmosphère a dépassé 400 parties par million, un niveau jamais vu. Même si l'homme stoppait miraculeusement toutes les émissions de carbone la semaine prochaine, le problème du changement climatique va persister pendant des siècles. Une étude a révélé que 40% de la concentration maximale de CO2 restera dans l'atmosphère pendant un millier d'années après le pic atteint, et même alors, l'inertie dans les océans réchauffés ne permettra pas un retour rapide à des températures plus fraîches.
Les prévisions les plus optimistes pour le reste du siècle, cités par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat dans son rapport d'évaluation de 2007, prévoit une augmentation de 2,0 à 5,2 degrés d'ici 2100, alors que les plus pessimistes prévoient une hausse de 4.3 à 11.5 degrés. Les effets seront dévastateurs avec l'élévation du niveau de la mer, des tempêtes et des sécheresses de plus en plus graves, et la fonte des glaciers et du permafrost.
Compte tenu de ces conséquences prévues à long terme du réchauffement climatique, certaines stratégies de géoingénierie qui semblent offrir des contre-mesures relativement à action rapide pourrait devenir particulièrement attractives.
En 1992, Keith et son mentor Hadi Dowlatabadi, physicien et mathématicien appliqué, ont rédigé l'un des premiers documents évaluant les stratégies de géoingénierie. Aujourd'hui, le terme est souvent utilisé pour désigner à la fois l'élimination du CO2 de l'air (pour réutilisation ou pour le stockage dans des réservoirs tels que l'océan profond, voir "La capture du carbone» à la page 26), et de limiter la quantité de lumière qui atteint la terre en premier lieu (où elle peut être piégée dans l'atmosphère par les gaz à effet de serre et contribuent au réchauffement).
Ces deux stratégies pourraient être utilisées ensemble pour contrer le réchauffement climatique, mais elles n'ont pas les mêmes coûts et les mêmes risques. «Nous aurons une meilleure chance de concevoir une politique raisonnable si nous les traitons séparément," at-il dit à un comité du Congrès en 2010. L'ampleur de la problématique du CO2 signifie que l'élimination du carbone "sera toujours relativement lente et coûteuse", a-t-il ajouté. Elle comporte certains risques locaux, mais n'a aucune chance de nuire à la planète entière. La géoingénierie solaire, quant à elle, pourrait avoir des résultats rapides à un coût étonnamment bas. (Selon des estimations récentes, la diffusion du soufre dans l'atmosphère afin de réduire les températures mondiales pourrait coûter quelques milliards de dollars par an. En 2006,le gouvernement britannique estimait que la réduction des émissions de 25% en 2050 coûterait environ 1% du PIB mondial annuel, soit environ 1 billion de dollars en 2050). Keith fait valoir que les coûts de la géoingénierie solaire sont si bas que le «coût ne sera pas une question décisive." Au lieu de cela, dit-il, les scientifiques et les décideurs politiques devront peser les risques: "le risque de le faire contre le risque de ne pas le faire."
Keith parle franchement sur les risques et les incertitudes de la géoingénierie solaire, reconnaissant un éventail de résultats possibles. «La prépondérance de la preuve suggère jusqu'ici que la géoingénierie solaire pourrait réduire les risques climatiques, mais la science utilisée trop tôt est peut-être un tort», dit-il. «Nous avons besoin d'expériences, pour évaluer ce qui ne fonctionne pas." En outre, certaines recherches suggèrent que les aérosols sulfatés peuvent endommager davantage la couche d'ozone, un problème qui doit être étudié.
Alan Robock, professeur de sciences environnementales à l'université Rutgers, a soulevé d'autres préoccupations, la théorisation que le blocage des rayons solaires pourrait non seulement réduire la quantité d'électricité produite par l'énergie solaire, mais aussi de modifier les conditions météorologiques, qui pourraient déclencher des sécheresses généralisées. Keith ne trouve pas ces possibilités convaincantes. Il croit que l'énergie solaire pourrait n'être affectée que dans des «scénarios extrêmes» avec une utilisation très lourde de la géoingénierie solaire, et il dit qu'il n'a pas vu une analyse sérieuse qui prenne en compte la possibilité de sécheresse. Des études ont montré que les rendements pourraient augmenter dans certaines régions, parce que les plantes poussent plus efficacement sous une lumière diffuse, et l'excès de CO2 dans l'atmosphère pourrait avoir un effet fertilisant. Pourtant, une question essentielle demeure : la géoingénierie solaire n'aborde pas le danger sous-jacent des émissions de CO2, qui continueront à s'accumuler et créer d'autres problèmes, tels que l'acidification des océans, hautement nuisible pour les récifs coralliens et les autres espèces marines.
Surtout, les techniques actuellement proposées devront être appliquées progressivement. Cela présente des défis nécessitant que les diverses nations (et les groupes politiques au sein de ces nations) s'entendent sur des actions communes, choses qu'ils ont été largement incapables de faire lors de la négociation des traités pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. «Avec la géoingénierie solaire, à un certain niveau, vous avez juste à appuyer sur un bouton», dit Keith. "Cela exige une prise de décision collective au niveau mondial."
Et pourtant, la géoingénierie solaire est d'un coût relativement faible et évoque la possibilité qu'une seule nation, ou peut-être un groupe de pays insulaires menacés par la montée des eaux, puissent agir unilatéralement pour en déclencher le processus. «Un petit groupe de personnes peut avoir une grande influence sur toute la planète», dit Keith. Mais il ne considère pas cela comme une menace inexorable.
Compte tenu de ces réserves, Keith déplore que certains journalistes et universitaires le dépeignent comme un meneur "techno-optimiste» pour ces technologies. La réalité, dit-il, c'est que je suis plein d'espoir au sujet de l'innovation technique », mais profondément pessimiste sur le comportement humain quand il s'agit de protéger le monde naturel. C'est pratique pour les critiques de me classer comme un booster dit-il, mais lui et ses collègues chercheurs dans le domaine" ont généralement été le premier à exprimer leurs préoccupations au sujet des risques encourus».
En 2007, Keith et Daniel Schrag, professeur de sciences de l'environnement et de l'ingénierie, et directeur du Centre Harvard pour l'environnement, a invité un groupe de spécialistes de l'environnement et de décideurs politiques à Cambridge pour un atelier d'une journée sur la géo-ingénierie. La réunion a eu lieu hors campus et fermée au public.
Keith et Schrag ont également invité trois journalistes scientifiques, qui ont été autorisés à écrire sur la discussion, mais ne pouvaient pas citer les participants sans leur consentement. Keith estime qu'il s'agit d'un moyen utile pour faire les premières réunions sur des sujets nouveaux et controversés. «Les gens ont besoin de temps pour comprendre», explique-t-il.
Ce n'était pas la première grande réunion sur la géo-ingénierie, mais elle a été la première à inclure des personnalités des sciences sociales et des décideurs. «Il y avait une excitation de se confronter à toutes ces questions hallucinantes", se souvient le professeur d'économie Martin Weitzman, un participant qui estime que la réunion a changé certains esprits. Il se souvient d'un éventail d'opinions : les participants qui pensaient que les technologies de géo-ingénierie devraient être utilisées comme une première ligne de défense contre le réchauffement climatique, d'autres qui se pensaient fortement que les scientifiques ne devraient même pas discuter de ces stratégies, et la plupart des gens rangés entre ces deux extrêmes.". Les membres de la réunion ont estimé qu'il faudra se préparer à des situations d'urgence, telles que l'action unilatérale d'un État voyou. Ils appellent la géoingénierie "une proposition effrayante», mais ajoutent : «Il vaut mieux être informé que d'être pris au dépourvu ...».
Keith lui-même a été particulièrement frappé par une remarque faite lors de cette conférence par Eliot, professeur à l'Université Lawrence Summers, qui a mis en garde contre la rétention d'informations sur les solutions au réchauffement planétaire, ni préjuger de la réaction du public à ces idées. «Ce n'est pas parce que nous sommes une classe scientifique que nous devons décider ce que le reste de la société est capable de gérer. Cette idée est vraiment obscène, et je pense que Larry a été très clair à ce sujet."
Keith estime que la participation du public est indispensable à une conversation sur la géo-ingénierie, il reconnaît la nécessité d'éduquer le public à l'avance. Cela amène la question des essais sur le terrain à petite échelle. L'expérimentation est nécessaire pour déterminer si une solution aérosol est encore viable. Il travaille actuellement avec le professeur Weld (spécialiste de la chimie de l'atmosphère) pour développer un test qui enverrait un ballon d'hélium portant de petites quantités de soufre et de l'eau dans la stratosphère afin de surveiller la façon dont il affecte la couche d'ozone, des recherches antérieures ayant montré que le soufre et la vapeur d'eau réagissent avec les concentrations atmosphériques de chlore. L'expérience utiliserait seulement quelques kilogrammes de particules de sulfate et n'aurait aucun effet sur le climat. Son impact "serait probablement beaucoup moins nuisible qu'un seul vol commercial."
Mais l'étude va être longue, en partie parce que ce type de recherche est très controversé. Certains critiques disent que les essais sur le terrain devraient être interdits car ils sont la première étape sur la pente glissant vers la géoingénierie solaire à grande échelle. Keith souligne que lui et Anderson ne feront pas cette étude] sans une certaine approbation gouvernementale formelle et un financement public."
En effet, il espère que l'étude, au-delà de ses objectifs scientifiques, permettra également de mettre en place une structure pour gouverner la recherche à petite échelle. Ce printemps, lui et Edward Parson de l'UCLA School of Law ont appelé à une surveillance gouvernementale sur la recherche en géoingénierie, ils pensent que l'autorégulation n'est pas suffisante pour gérer les risques. Mais au lieu d'un traité, ils suggèrent un ensemble non contraignant de normes émises conjointement par des organismes scientifiques aux États-Unis, en Europe et en Chine: "les principes raisonnables sur la façon de gérer les risques et sur la transparence et l'ouverture», explique Keith (voir " Conseil d'géoingénierie Research, "page 26). Il aimerait aussi voir un moratoire international sur le déploiement à grande échelle. Sans une gouvernance largement acceptée, la recherche de terrain restera dans l'impasse. Les bailleurs de fonds ne soutiendront pas les expériences qui n'ont pas de système de surveillance.
En tant que leader dans son domaine, les conclusions de Keith vont parfois à l'encontre de la sagesse. Il souligne que de nombreux responsables politiques et des universitaires considèrent les solutions au changement climatique en termes de risques et de coûts, en comparant, par exemple, le coût des dommages climatiques au coût de réduction des émissions. "L'argent que nous dépensons en réduction des émissions permettra d'économiser de l'argent en dommages climatiques».
Certains chercheurs disent qu'ils espèrent que les technologies de géoingénierie solaire ne sont jamais déployées, mais Keith s'y oppose. Il espère susciter un débat plus nuancé. «Je pense qu'il y a beaucoup de choses qui font peur à propos de cette perspective, mais je ne vois tout simplement pas comment trouver une technologie potentiellement salvatrice qui aide à réduire le risque climatique qui est beaucoup plus terrible», dit-il. 

 
Titre original "Buffering the sun" Harvard magazine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Postez ici votre commentaire.
Nous publions tous les commentaires sauf ceux comportant des mots injurieux et les incompréhensibles.
Avis aux lecteurs: les commentaires ne reflètent pas nécessairement l'opinion et la ligne de conduite de l'ACSEIPICA.