PLUIES PROVOQUEES EN AFRIQUE OCCIDENTALE

Le Sénégal achète deux avions pour provoquer les pluies

DAKAR - Le gouvernement sénégalais a acheté deux avions pour son programme de "pluies provoquées" entamé en 2005 avec l'aide du Maroc afin de lutter contre la sécheresse, a-t-on appris vendredi de source officielle.

"Deux avions ont été achetés sur le budget de l'Etat" pour le programme des pluies provoquées, a déclaré à l'AFP Sitor Ndour, porte-parole du président sénégalais Abdoulaye Wade.

Il n'a pas été précisé à qui ces avions avaient été achetés ni à quel prix.

Cette acquisition doit "assurer au Sénégal plus d'autonomie dans la production de pluies artificielles", selon le compte rendu du conseil des ministres de jeudi.

Ces dernières années, les appareils utilisés pour ce programme avaient été fournis par l'armée sénégalaise et le Maroc.

Le Maroc va mettre à disposition du Sénégal "des équipements et des ressources humaines", a indiqué le gouvernement, sans plus de précisions.

Appelé "Bawaan" ("pluie utile" en langue wolof, la plus parlée au Sénégal), le programme vise à assurer la maîtrise de l'eau et la sécurité alimentaire dans le pays sahélien essentiellement agricole mais soumis aux aléas climatiques et encore dépendant des importations pour nourrir sa population.

Son procédé consiste à "bombarder", par des avions ou des générateurs au sol, les nuages déjà formés, avec de l'iodure d'argent et du sodium, pour déclencher des précipitations. Le dispositif est complété par des bassins de rétention afin de recueillir l'eau.

L'impact du programme est toutefois controversé. Si le gouvernement et des techniciens sénégalais lui ont par le passé attribué des excédents pluviométriques dans certaines zones du Sénégal, des chercheurs et des responsables d'organisations de producteurs sont plutôt sceptiques sur son efficacité.

(©AFP / 12 juin 2009 17h50)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Postez ici votre commentaire.
Nous publions tous les commentaires sauf ceux comportant des mots injurieux et les incompréhensibles.
Avis aux lecteurs: les commentaires ne reflètent pas nécessairement l'opinion et la ligne de conduite de l'ACSEIPICA.